Chapitre 1 - Prologue

 

      Je me suis rarement demandé comment j’allais mourir …

      Tous mes proches et ceux qui me connaissent en sont témoins, je déteste courir. Et pourtant, je détale comme un lapin, essoufflée et la gorge en feu pour plus d’une raison depuis plusieurs minutes. Qui aurait pu croire qu’un héritage pouvait être la raison de ma mort ? Du moins, c’est ce que je soupçonne, sinon quoi d’autre ?

 

      La nuit est tombée, mais je ne ralentis pas ma course folle. En journée, cette rue est la plus animée de la ville, mais à cette heure-ci, peu de monde peuple les trottoirs. Je repère un couple et m’en approche un peu avant de m’adosser au mur d’un immeuble, le temps de reprendre mon souffle. J’ai la désagréable impression que mon cœur va lâcher à tout moment, tant il bat vite et fort. Le couple me lance un regard de biais, mais ne bouge pas d’un pouce. Il faut dire que mon vêtement à moitié déchiré et le sang qui coule de mes lèvres ne doivent pas donner envie de m’aider. Le rugissement d’un moteur se fait entendre me faisant relever les yeux en direction de la route. Mon cœur s’emballe lorsque j’aperçois une voiture noire arriver en trombe dans l’avenue.  Mes jambes ainsi que mes poumons en feu me font souffrir le martyre, mais l’envie furieuse de vivre est plus forte que la douleur, alors je décampe aussi vite que possible.

 

      Je me demande s’il est possible d’échapper à cet homme sorti de nulle part, alors qu’il est véhiculé, et moi à pied, mais je me dois essayer. Je tente de trouver une cachette, en vain. C’est un de ces moments qui fait que ton existence bascule du tout au tout. L’impression de sauter dans le vide, sans doute vers la mort, me donne la trouille au ventre, et c’est sans grande surprise que la berline vient me percuter de plein fouet, me laissant là, agoniser sur le bitume.

      J’ai une pensée furtive pour mes parents que je vais sûrement rejoindre. Le bruit de pneu crissant sur la route se fait entendre.

Il est certain que ma fin est toute proche. Entre conscience et perte de connaissance, je ressens une douleur insupportable dans tout mon corps. Je me sens doucement partir alors que quelque chose de chaud et douloureux me touche. Je perds totalement connaissance, tandis que mon bourreau finit sans doute son travail.